Actualités Sciences de l'Ingénieur au Féminin - 5ème édition



À quand l’équilibre numérique hommes/femmes ?

 

 

Pour la troisième année consécutive, le département Réseaux & Télécoms (R&T) de l’IUT de Saint-Malo participe à la journée des Sciences de l’Ingénieur au féminin, le jeudi 23 novembre 2017. Cette journée a pour objectif de montrer aux jeunes filles que les métiers de l’ingénierie leur offrent de très belles opportunités de carrières et ce, par le biais de rencontres avec des femmes ayant elles-mêmes choisi ces cursus.

Cette journée d’envergure nationale est organisée par l’association « Elles bougent », par l’UPSTI (Union des Professeurs des Sciences et Techniques Industrielles) et pilotée par le rectorat de chaque académie.

Dans ce cadre, une vingtaine d’étudiantes et alternantes vont donc aller à la rencontre des collégiennes et lycéennes d’une dizaine d’établissements bretons afin de leur expliquer pourquoi elles ont fait le choix du numérique et de l’alternance. Lors de tables rondes et/ou de présentations plénières, elles vont pouvoir évoquer leur projet professionnel, leur quotidien d’alternantes dans les structures qui les accueillent, leur formation devant un public de jeunes filles qui seront peut-être nos prochaines recrues et vos prochaines alternantes et collaboratrices.

 

Faire évoluer les clichés

 

Le département R&T de l’IUT de Saint-Malo s’investit depuis maintenant 3 ans dans la féminisation de son recrutement et obtient des résultats encourageants. Le taux de féminisation de nos promotions dépasse désormais 15 % alors qu’il plafonne à 8,6 % au niveau national, sur les formations du même type.

 

 

Le DUT R&T en alternance accueille même 21 % de jeunes filles. Elles trouvent dans cette modalité de formation un épanouissement qui convient à leur maturité et à leur implication.

 

Cette féminisation des promotions d’alternants s’explique en particulier par un partenariat reconduit pour la deuxième année consécutive avec le rectorat de l’académie de Rennes et l’entreprise Orange.

Ce dispositif offre à de jeunes lycéennes volontaires la possibilité, dès la classe de première, de découvrir les formations du numérique (à l’IUT de Saint-Malo) et les métiers de ce secteur (dans les différents services d’Orange). En se familiarisant avec les opportunités qu’offre ce secteur, notamment des parcours d’excellence leur permettant par exemple de poursuivre un cursus d’ingénieur, elles envisagent beaucoup plus aisément l’éventualité d’y faire carrière.

Nous sommes en effet convaincus qu’il est nécessaire d’adopter une attitude volontariste pour accompagner la féminisation des carrières du numérique, car si on constate que garçons et filles sont à parité en terminale, et que les filles sont même plus nombreuses à obtenir une mention au bac, on tombe en revanche à un taux de féminisation de 27% dans les écoles d’ingénieurs.

 

Le secteur du numérique est l’un des plus touchés par cette pénurie de femmes. Le taux de féminisation est actuellement de 33% contre 53% tous secteurs confondus. Parmi les ingénieurs, les cadres en recherche et développement, les chefs de projet, les responsables informatiques seuls 2 salariés sur 10 sont des femmes et elles ne sont que 15 % à occuper des fonctions de techniciennes.

 

Jusqu’en 1985, l’informatique était une filière plébiscitée par les ingénieures, le numérique souffre aujourd’hui d’un manque d’attractivité auprès des femmes qui s’explique en partie par un manque de modèles féminins auxquels les jeunes filles pourraient s’identifier. Le département R&T de l’IUT de Saint-Malo s’engage dans cette transformation et c’est pourquoi nos étudiantes et alternantes vont aller à la rencontre de ces jeunes élèves !

 

Alors à quand l’équilibre numérique hommes/femmes ?

 

 

 

 

 

Plus d’informations sur l’événement national : http://www.lessiaufeminin.fr/